Lunettes high-techRéalisateurs, écrivains et scientifiques avaient chacun leur propre conception des lunettes du futur. Google a dévoilé la sienne en 2012 et prévoit de commercialiser ses créations en 2014. D’autres entreprises travaillent également sur des projets concurrents. Comment expliquer cet engouement ?

Google, pionnier des lunettes du futur ?

L’imagination débordante des inventeurs donne souvent des résultats qui n’en finissent plus de réduire davantage les frontières entre le réel et la fiction. Les lunettes high-tech, dont les fameuses Google Glass, font partie de ces appareils sensationnels tout droit sortis d’un film de science-fiction. Révélés en 2012, ces bijoux de technologie sont appelés à révolutionner le marché des objets connectés, jusqu’alors dominé par les smartphones, les tablettes et les smart TV. En effet, les développeurs du projet ne cachent plus leur ambition, à savoir transplanter dans les lunettes du futur toutes les qualités et fonctionnalités des appareils connectés.

En dévoilant en grande pompe le fruit de ses recherches, Google devient aux yeux du public la première entreprise à mener à bon port la conception de lunettes high-tech. La firme de Mountain View n’est pas pour autant la première à s’y intéresser. La start-up MyVu exploite  le filon depuis 2007, sans toutefois bénéficier de la même couverture médiatique à laquelle le géant américain a droit aujourd’hui. La primeur de l’idée ne revient donc pas à la multinationale dirigée par Larry Page. Les spécialistes se montrent néanmoins unanimes sur un point : jamais une entreprise n’a réussi à pousser le concept de lunettes du futur aussi loin que Google.

Quel avenir pour les lunettes high-tech ?

Futuristes, les Google Glass arborent d’épaisses branches, un mini-écran et une plateforme tactile savamment moulée dans la monture, sans verre. Le design devrait évoluer au fil des années. Le processeur, une caméra vidéo/photo, un micro et un mini projecteur couplé avec un prisme en guise d’écran d’affichage sont incrustés à l’intérieur des branches. À l’instar des smartphones, le gadget est appelé à réaliser des tâches quasi illimitées, en fonction des applications disponibles. Des fonctionnalités de base sont néanmoins intégrées par Google, dont la recherche Internet, la capture d’images, l’appel téléphonique, l’envoi mail et le GPS. Toutes les commandes passent par une fonction de reconnaissance vocale spécialement conçue pour l’appareil.

Les Google Glass ne jouiront pas longtemps du monopole de ce secteur prometteur. Microsoft, le Chinois Baidu et probablement d’autres entreprises s’apprêtent à lancer leurs propres binocles connectées. Cette précipitation n’est pas sans rappeler la généralisation des smartphones en 2007, quelque temps après la sortie du premier iPhone. Beaucoup s’interrogent dès lors si les lunettes du futur connaîtront le même essor. Au regard de l’intérêt du public pour les Google Glass, une réponse par l’affirmative paraît plausible. À moins que les débats portant sur le respect de la vie privée et la nouvelle montre connectée d’Apple prennent le dessus et compromettent l’essor des lunettes high-tech.

Comments

Déposer un commentaire

Vous devez être connecté pour déposer un commentaire.

© Copyright . Tous droits réservés.